Le 19 juillet 2018


L’Anses publie ce jour son évaluation des risques sanitaires relative à la sécurité des protections intimes. Des substances chimiques ont été identifiées dans ces produits en très faible concentration et sans dépassement des seuils sanitaires. L’expertise ne met pas en évidence de risque lié à ces substances. L’Agence recommande néanmoins aux fabricants d’améliorer la qualité de ces produits afin d’éliminer ou de réduire au maximum la présence des substances chimiques. L’expertise de l’Anses a porté également sur le risque du syndrome de choc toxique menstruel (SCT). Les travaux ont montré que le risque de développer cette maladie, causée par une toxine bactérienne, est lié aux conditions d’utilisation des protections intimes. Aussi, l’Anses rappelle aux utilisatrices l’importance de respecter les règles d’hygiène liées à l’utilisation des protections, notamment la durée du port des tampons ou coupes menstruelles.

https://www.anses.fr/fr/content/evaluation-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-des-produits-de-protections-intimes


Le 4 juillet 2018


Des cas d’allergies et d’irritations cutanées en lien avec des vêtements ou des chaussures sont régulièrement rapportés aux autorités sanitaires. L’Anses publie ce jour les résultats de son expertise ayant permis l’identification de substances chimiques susceptibles d’être présentes dans ces articles et pouvant être à l’origine de ces cas. A l’issue de cette expertise, l’Agence émet des recommandations visant à mieux protéger les consommateurs des risques d’allergies et d’irritations cutanées provoquées par la présence de ces substances.

https://www.anses.fr/fr/content/articles-chaussants-et-textiles-d%E2%80%99habillement-mieux-prot%C3%A9ger-les-consommateurs-du-risque-d



Le 26 juin 2018


Dans le cadre de ses travaux sur les mélanges chimiques, l’EFSA a lancé une consultation publique sur la version préliminaire de son document d’orientation relatif à des méthodes harmonisées d’évaluation de l’exposition combinée à des produits chimiques multiples. Une deuxième consultation connexe porte sur la manière dont l’EFSA se propose d’aborder la génotoxicité des mélanges chimiques.


Date limite de la consultation : 15 septembre


L'EFSA organisera une audition technique sur l'évaluation de la génotoxicité des mélanges chimiques le 27 septembre prochain à Bruxelles, en Belgique. Les inscriptions seront bientôt ouvertes.


Pour en savoir plus sur les travaux de l'EFSA dans le domaines des mélanges chimiques :


http://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/chemical-mixtures

 

Le 24 juin 2018


Le nouveau numéro du bulletin des vigilances de l’Anses Vigil’Anses vient de sortir


https://vigilanses.anses.fr/


Vous trouverez dans ce numéro un article qui porte sur un ingrédient bien connu des confectionneurs de confitures : l’amande amère de noyaux d’abricot. Si une amande ajoutée pour parfumer plusieurs pots de confiture ne pose aucun problème, leur consommation en grande quantité, le plus souvent en raison d’allégations non scientifiquement démontrées de propriétés anticancéreuses, expose à un risque d’intoxication au cyanure. Les cas d’intoxication recensés par les Centres antipoison (CAP) présentés dans cet article en témoignent.


Avec la mode récente des aquariums d’eau de mer s’est développé le commerce de coraux vivants, notamment à visée décorative. Or certains d’entre eux sont capables de rejeter en cas de stress une toxine très puissante, la palytoxine. Ainsi, lors de la manipulation ou du nettoyage du corail, un aérosol de palytoxine peut atteindre les yeux, les voies respiratoires ou la peau du manipulateur et causer des lésions parfois sévères. Le second article présente les cas d’intoxications à ces coraux rapportés aux CAP, ainsi que les mesures de précaution à prendre lors de leur manipulation.


Le Datura, plante sauvage aux conditions de pousse peu exigeantes est présente sur tout le territoire français, dans les champs, terrains vagues, décombres, mais aussi en plein centre-ville. Ses feuilles, fleurs et graines de ses fruits contiennent des substances aux propriétés hallucinogènes, régulièrement responsables d’intoxication, comme le présente un troisième article. Suite à une alerte des CAP, la Direction générale de la santé (DGS) a recommandé aux collectivités territoriales d’arracher les plants de Datura au début de l’été dans les zones fréquentées par les jeunes publics.


Les intoxications aux produits ménagers touchent les enfants en bas âge, quand ils commencent à se déplacer seuls et à attraper ce qui est à leur portée. La commercialisation des dosettes individuelles de lessive liquide a entraîné une épidémie d’intoxications de jeunes enfants, qui en les portant à la bouche ou en les perçant, ont été exposés à des projections de lessive. Un article de ce numéro décrit la façon dont la surveillance des cas d’intoxication par les CAP et l’Anses a permis d’identifier ce phénomène et de montrer l’impact des mesures de prévention prises par les industriels de la lessive.


Le dernier article de ce numéro présente une étude de recherche biomédicale très innovante, menée par l’Anses, dont l’objectif est d’établir un lien potentiel entre des dermatites de contact liées au port d’un textile ou de chaussures et certaines substances chimiques présentes dans l’article d’habillement. En effet, si le dimethylfumarate (DMFu) a fait parler de lui dès 2008, au point d’être interdit pour les articles en contact avec la peau dans l’Union européenne, des cas de dermatites allergiques aux textiles et articles chaussants continuent à survenir. Cette étude, toujours en cours, a d’ores et déjà permis d’identifier d’autres substances coupables…


Enfin, dans la rubrique actualité, vous pourrez lire ou relire le point d’actualité publié par l’Anses en avril 2018 concernant les risques liés à la consommation de compléments alimentaires à base de mélatonine.









****************************************************************************